février 1, 2021

Les algorithmes de tarification sont-ils anticoncurrentiels?

Par admin2020

[ad_1]

La pandémie de 2020 et les restrictions connexes sur les commerces de détail ont conduit les consommateurs à réorienter leurs achats et leurs dépenses vers les ventes en ligne. Par exemple, dans l’UE et au Royaume-Uni, les ventes en ligne auraient augmenté de 30 à 40% après l’introduction de restrictions de verrouillage en mars de l’année dernière. Cette tendance a mis en lumière certaines pratiques de vente en ligne qui soulèvent des inquiétudes pour les autorités de la concurrence et de la protection des consommateurs, à savoir le blocage géographique, le maintien des prix de revente, l’évaluation des prix et l’utilisation d’algorithmes de tarification, entre autres.

Certains commentateurs se sont demandé si les règles existantes en matière de concurrence et de protection des consommateurs étaient bien équipées pour faire face à ces préoccupations. Ces questions ont incité à repenser l’approche actuelle de l’application des lois sur le commerce électronique.

Par exemple, la Commission européenne est réviser ses règles de concurrence sur les accords de distribution verticale en vue de garantir l’adéquation des règles sur les marchés numériques. L’Autorité britannique de la concurrence et des marchés (CMA) a établi une unité de données, Technology and Analytics, étudiant de nouveaux outils pour lutter contre les utilisations potentiellement anticoncurrentielles des algorithmes de tarification, y compris par collusion tacite.

Comme indiqué dans notre blog précédent (ici), l’Autorité italienne de la concurrence enquête sur les conditions générales des principaux fournisseurs mondiaux de services de cloud computing, en se concentrant en particulier sur (i) la collecte prétendument inappropriée de données d’utilisateurs à des fins commerciales, (ii) indue l’influence sur les consommateurs, et (iii) le défaut de fournir aux consommateurs des informations sur leur droit de résilier le contrat et / ou d’accéder à des modes alternatifs de résolution des litiges. Il est intéressant de noter que l’approche de l’Autorité italienne de la concurrence semble faire écho aux dispositions renforcées de protection des consommateurs spécifiques au secteur contenues dans le code des communications électroniques de l’UE.

Comme ces exemples l’illustrent, les marchés numériques occupent une place prioritaire dans l’agenda des autorités de la concurrence et de la protection des consommateurs et continueront probablement de faire l’objet d’un examen de plus en plus attentif en 2021. En particulier, la question de savoir comment «les algorithmes de tarification peuvent réduire la concurrence et nuire aux consommateurs» fait l’objet de une nouvelle étude par la CMA et un appel à contributions, publié le 19 janvier 2021.

© Droits d’auteur 2020 Squire Patton Boggs (US) LLPRevue de la législation nationale, volume XI, numéro 32

[ad_2]

Source link