février 10, 2021

L’Allemagne nie avoir proposé un «  sale accord  » aux États-Unis pour abandonner les sanctions contre Nord Stream 2 – RT Business News

Par admin2020

[ad_1]

Le gouvernement allemand a démenti les affirmations d’un groupe environnementaliste selon lesquelles il aurait offert à Washington 1 milliard d’euros (1,21 milliard de dollars) pour stimuler les importations de gaz naturel liquéfié (GNL) américain en échange de l’abandon des sanctions contre Nord Stream 2.

Mardi, un groupe appelé Environmental Action Germany a publié une lettre du ministre des Finances Olaf Scholz à l’ancien secrétaire au Trésor américain Steve Mnuchin, proposant l’accord présumé.



Aussi sur rt.com
L’Autriche dit «  non  » à la politisation de Nord Stream 2 alors que Bruxelles et Washington appellent à des sanctions pour l’arrestation d’une figure de l’opposition


Dans la lettre, Scholz fait référence aux pourparlers entre les deux responsables, qui semblent s’être concentrés sur le pipeline Nord Stream 2 et les importations de GNL américain. Dans la pièce jointe « Non-papier » section, le ministre a déclaré que le gouvernement allemand « Est très inquiet » sur les sanctions américaines contre le projet, qui mettent en danger l’achèvement et mettent par la suite en danger la sécurité énergétique européenne.

Tout en soulignant que Berlin rejette les deux «Pression directe» de Washington et de ses mesures punitives, le gouvernement allemand a toujours proposé «Une voie à suivre.» Outre l’augmentation des achats européens de GNL américain, le gouvernement allemand était prêt à dynamiser massivement les investissements dans la construction de terminaux GNL sur son territoire.

Lire la suite


Le pipeline Nord Stream 2 pour assurer la sécurité des générations à venir, déclare l'ancien chancelier allemand

«Le gouvernement allemand est prêt à augmenter massivement son soutien public à la construction de terminaux GNL le long du littoral allemand afin de sécuriser la construction de terminaux GNL à Brunsbuettel et Wilhelmshaven et en fournissant jusqu’à 1 milliard d’euros», la lettre lue.

Peu de temps après la publication du document, Svenja Schulze, ministre allemande de l’environnement, de la conservation de la nature et de la sûreté nucléaire, a déclaré qu’un tel accord n’avait jamais existé.

«Il n’y a pas de sale affaire. Cela n’existe pas. Je le nie fermement », a déclaré mercredi le ministre cité par les médias russes.

Les États-Unis ont longtemps été accusés d’essayer de profiter du lucratif marché européen de l’énergie. La précédente administration américaine avait condamné les «Dépendance croissante» sur le gaz russe, tout en offrant son propre GNL plus cher, officiellement «Molécules de liberté» ou simplement «gaz de liberté».

D’autres propositions allemandes incluaient la garantie d’un transit de gaz continu à travers l’Ukraine et le soutien d’un gazoduc polonais connu sous le nom de Baltic Pipe, alors que Varsovie cherche à réduire les importations d’énergie en provenance de Russie.

En retour, les États-Unis autoriseraient l’achèvement et l’exploitation de Nord Stream 2. « La future législation, qui pourrait servir de base pour sanctionner Nord Stream 2, ne sera pas utilisée ou, dans le cas de dispositions de sanctions obligatoires, bloquée par des dérogations ou d’autres outils adéquats et efficaces, » selon la lettre.



Aussi sur rt.com
Le Nord Stream 2 de Russie fait partie d’un système d’approvisionnement en gaz fiable pour l’Europe pour les années à venir – Député allemand


Alors que le groupe environnemental qui a rendu la lettre publique ne soutient pas la construction du pipeline russe, il a appelé la proposition aux États-Unis un « Sale affaire » aux frais des contribuables. Le groupe a demandé des éclaircissements au gouvernement sur la question.

Nord Stream 2 est en voie d’achèvement malgré plusieurs séries de sanctions américaines qui ont contraint plusieurs entrepreneurs européens à quitter le projet de 11 milliards de dollars. La liaison gazière entre la Russie et l’Allemagne devrait doubler la capacité du gazoduc existant de 55 milliards de mètres cubes de gaz par an.

Pour plus d’histoires sur l’économie et la finance, visitez la section affaires de RT

[ad_2]

Source link