février 13, 2021

Vous ne devriez pas avoir à humilier publiquement AT&T pour obtenir Internet utilisable

Par admin2020

[ad_1]

Plus tôt ce mois-ci, Aaron Epstein a dépensé 10000 $ pour acheter une annonce dans La le journal Wall Street pour dire au PDG d’AT & T qu’il n’était pas satisfait de son service Internet – service limité à un maigre 3Mbps (vil Ars Technica). Maintenant, AT&T l’a branché avec une connexion fibre, et il obtient plus de 300 Mbps de haut en bas. Tout ce qu’il fallait, c’était être interviewé par Ars, l’annonce devient virale sur Twitter, et une mention Stephen Colbert.

Dans sa publicité, le résident de North Hollywood, en Californie, dit qu’il est client d’AT & T depuis 60 ans (et le soutient avec une adresse e-mail @ pacbell.net), et dit qu’il est déçu que l’entreprise ne suive pas ses concurrents quand elle vient sur Internet de sa région. Moins de deux semaines plus tard, les techniciens d’AT & T l’ont branché, bien que la société dise que cela faisait partie d’un déploiement prévu. C’est une affirmation qui peut appartenir à la catégorie «douteuse».

C’est certainement bon pour Epstein que son annonce ait fonctionné, surtout compte tenu de son coût. Mais on estime qu’il y a des millions d’Américains qui n’ont pas du tout accès à Internet à domicile, sans parler du haut débit (qui en soi n’est sans doute pas assez rapide), et ils ne peuvent pas tous se permettre des publicités dans le WSJ. En outre, cela semble certainement être une astuce qui ne fonctionnerait qu’une seule fois, d’autant plus que cela ne peut fonctionner que pour un seul ménage à la fois – Ars Technica n’a pas pu obtenir de réponse claire savoir si les voisins d’Epstein bénéficieraient d’un service plus rapide de sitôt.

Oui, c’est une réussite: Epstein a réussi à convaincre AT&T, une société de télécommunications goliath, d’installer la fibre optique chez lui. Il a même reçu un appel du PDG d’AT & T, John Stankey lui-même. Mais même ceux d’entre nous qui ont un Internet décent sont aux prises avec des plafonds de données, des FAI qui ne sont pas vraiment en concurrence et qui ne semblent même pas avoir une image claire de ce dont leurs propres réseaux sont capables.

Si quoi que ce soit, cette histoire montre à quel point le public a peu de pouvoir en ce qui concerne son accès à Internet – si vous avez besoin de 10 000 $ pour humilier publiquement votre FAI, nous faisons quelque chose de mal.



[ad_2]

Source link