mars 5, 2021

Barrett rédige la première décision de la Cour suprême, une perte pour les écologistes

Par admin2020

[ad_1]

Le New York Times

«  Elle est une héroïne  »: lors des manifestations au Myanmar, les femmes sont en première ligne

Ma Kyal Sin adorait le taekwondo, la nourriture épicée et un bon rouge à lèvres. Elle a adopté le nom anglais Angel, et son père lui a fait ses adieux quand elle est sortie dans les rues de Mandalay, dans le centre du Myanmar, pour rejoindre les foules protestant pacifiquement contre la récente prise de pouvoir par l’armée. Le T-shirt noir que Kyal Sin portait lors de la manifestation de mercredi portait un message simple: «Tout ira bien.» Dans l’après-midi, Kyal Sin, 18 ans, a été touché à la tête par les forces de sécurité, qui ont tué au moins 30 personnes dans tout le pays au cours de la seule journée la plus sanglante depuis le coup d’État du 1er février, selon les Nations Unies. Inscrivez-vous à la newsletter The Morning du New York Times «Elle est une héroïne pour notre pays», a déclaré Ma Cho Nwe Oo, l’un des amis proches de Kyal Sin, qui a également pris part aux rassemblements quotidiens qui ont électrifié des centaines de villes à travers Myanmar. «En participant à la révolution, notre génération de jeunes femmes montre que nous ne sommes pas moins courageux que les hommes.» Malgré les risques, les femmes ont été à l’avant-garde du mouvement de protestation du Myanmar, adressant un puissant reproche aux généraux qui ont évincé une femme chef civile et réimposé un ordre patriarcal qui a réprimé les femmes pendant un demi-siècle. Par centaines de milliers, ils se sont rassemblés pour des marches quotidiennes, représentant des syndicats en grève d’enseignants, d’ouvriers du vêtement et de travailleurs médicaux – tous des secteurs dominés par les femmes. Les plus jeunes sont souvent en première ligne, là où les forces de sécurité semblent les avoir pointés du doigt. Mercredi, deux jeunes femmes ont reçu une balle dans la tête et une autre près du cœur, trois balles mettant fin à leurs jours. Plus tôt cette semaine, les chaînes de télévision militaires ont annoncé que les forces de sécurité avaient reçu pour instruction de ne pas utiliser de balles réelles et qu’en cas de légitime défense, elles ne tireraient que sur le bas du corps. «Nous pourrions perdre des héros dans cette révolution», a déclaré Ma Sandar, secrétaire générale adjointe de la Confédération des syndicats du Myanmar, qui a pris part aux manifestations. «Le sang de nos femmes est rouge.» Les violences de mercredi, qui ont porté à au moins 54 morts depuis le coup d’État, reflétaient la brutalité d’une armée habituée à tuer ses personnes les plus innocentes. Au moins trois enfants ont été abattus au cours du mois dernier, et la première mort de la répression de l’armée après le coup d’État a été une femme de 20 ans d’une balle dans la tête le 9 février. le monde. «L’armée du Myanmar doit cesser d’assassiner et d’emprisonner des manifestants», a déclaré jeudi Michelle Bachelet, la plus haute responsable des droits de l’homme à l’ONU. «Il est absolument odieux que les forces de sécurité tirent à balles réelles contre des manifestants pacifiques à travers le pays.» Dans les semaines qui ont suivi le début des manifestations, des groupes de femmes volontaires médicales ont patrouillé dans les rues, s’occupant des blessés et des mourants. Les femmes ont ajouté une colonne vertébrale à un mouvement de désobéissance civile qui paralyse le fonctionnement de l’État. Et ils ont bafoué les stéréotypes de genre dans un pays où la tradition veut que les vêtements couvrant la moitié inférieure des corps des deux sexes ne doivent pas être lavés ensemble, de peur que l’esprit féminin n’agisse comme un contaminant. Avec une créativité provocante, les gens ont accroché les cordes à linge des sarongs pour femmes, appelés htamein, pour protéger les zones de protestation, sachant que certains hommes répugnent à marcher sous eux. D’autres ont apposé des images du général en chef Min Aung Hlaing, le chef de l’armée qui a orchestré le coup d’État, à l’htamein suspendu, un affront à sa virilité. «Les jeunes femmes mènent maintenant les manifestations parce que nous avons une nature maternelle et que nous ne pouvons pas laisser la prochaine génération être détruite», a déclaré le Dr Yin Yin Hnoung, un médecin de 28 ans qui a esquivé les balles à Mandalay. «Nous ne nous soucions pas de nos vies. Nous nous soucions de nos générations futures. » Alors que l’inhumanité de l’armée s’étend à bon nombre des quelque 55 millions d’habitants du pays, les femmes ont le plus à perdre de la reprise par les généraux de la pleine autorité, après cinq ans de partage du pouvoir avec un gouvernement civil dirigé par Aung San Suu Kyi. Le Tatmadaw, comme on l’appelle l’armée, est profondément conservateur, se prononçant dans les communications officielles sur l’importance d’une tenue modeste pour les dames appropriées. Il n’y a pas de femmes dans les rangs supérieurs du Tatmadaw, et ses soldats ont systématiquement commis des viols collectifs contre des femmes issues de minorités ethniques, selon des enquêtes de l’ONU Dans la vision du monde des généraux, les femmes sont souvent considérées comme faibles et impures. Les hiérarchies religieuses traditionnelles de cette nation à prédominance bouddhiste placent également les femmes aux pieds des hommes. Les préjugés de l’armée et du monastère ne sont pas nécessairement partagés par la société birmane dans son ensemble. Les femmes sont éduquées et font partie intégrante de l’économie, en particulier dans les affaires, l’industrie manufacturière et la fonction publique. De plus en plus, les femmes ont trouvé leur voix politique. Lors des élections de novembre dernier, environ 20% des candidats à la Ligue nationale pour la démocratie, le parti de Suu Kyi, étaient des femmes. Le parti a gagné dans un glissement de terrain, battant le Parti de la solidarité et du développement de l’Union, lié à l’armée et bien plus dominé par les hommes. Le Tatmadaw a rejeté les résultats comme étant frauduleux. Alors que l’armée commençait à déléguer un certain pouvoir au cours de la dernière décennie, le Myanmar a connu l’un des changements sociétaux les plus profonds et les plus rapides au monde. Un pays qui a été jadis ravagé de force par les généraux, qui ont pris le pouvoir pour la première fois lors d’un coup d’État de 1962, est allé sur Facebook et a découvert des mèmes, des emojis et des conversations mondiales sur la politique de genre. «Même si ce sont des jours sombres et que mon cœur se brise avec toutes ces images d’effusion de sang, je suis plus optimiste parce que je vois des femmes dans la rue», a déclaré le Dr Miemie Winn Byrd, un Américain birman qui a servi comme lieutenant-colonel en l’armée américaine et est maintenant professeur au Daniel K. Inouye Asia-Pacific Center for Security Studies à Honolulu. «Dans ce concours, je mettrai de l’argent sur les femmes. Ils ne sont pas armés, mais ce sont les vrais guerriers. Cette passion s’est enflammée dans tout le pays, malgré les répressions de Tatmadaw au cours des dernières décennies qui ont tué des centaines de personnes. «Les femmes ont pris la position de frontière dans la lutte contre la dictature parce que nous pensons que c’est notre cause», a déclaré Ma Ei Thinzar Maung, une femme politique de 27 ans et ancienne prisonnière politique qui, avec une autre femme du même âge, a dirigé le premier manifestation anti-coup d’État à Yangon cinq jours après le putsch. Ei Thinzar Maung et son collègue leader du rallye, Esther Ze Naw, manifestent le jour et se cachent la nuit. Environ 1 500 personnes ont été arrêtées depuis le coup d’État, selon un groupe de surveillance local. Le couple a été politisé à un jeune âge et a défendu les droits des minorités ethniques à un moment où la plupart des habitants du Myanmar ne voulaient pas reconnaître la campagne de nettoyage ethnique menée par l’armée contre les musulmans rohingyas. Au moins un tiers de la population du Myanmar est composé d’une constellation de minorités ethniques, dont certaines sont en conflit armé avec l’armée. Lorsqu’elles ont dirigé leur rassemblement le 6 février, les deux femmes ont défilé en chemises associées à l’ethnie Karen, dont les villages ont été envahis par les troupes de Tatmadaw ces derniers jours. Esther Ze Naw est issue d’une autre minorité, les Kachin, et à 17 ans, elle a passé du temps dans des camps pour les dizaines de milliers de civils qui ont été déracinés par les offensives de Tatmadaw. Des avions militaires rugissaient au-dessus de leur tête, faisant pleuvoir de l’artillerie sur les femmes et les enfants, se souvient-elle. «C’est à ce moment-là que je me suis engagée à travailler à l’abolition de la junte militaire», a-t-elle déclaré. «Les minorités savent ce que l’on ressent, où mène la discrimination. Et en tant que femme, nous sommes toujours considérées comme un deuxième sexe. «Cela doit être l’une des raisons pour lesquelles les femmes militantes semblent plus engagées dans les questions de droits», a-t-elle ajouté. Alors que la Ligue nationale pour la démocratie est dirigée par Suu Kyi, ses premiers rangs sont dominés par les hommes. Et comme les Tatmadaw, les plus hauts échelons du parti ont tendance à être réservés aux membres de la majorité ethnique Bamar du pays. Dans les rues du Myanmar, alors même que les forces de sécurité continuent de tirer sur des manifestants non armés, la composition du mouvement est beaucoup plus diversifiée. Il y a des étudiants musulmans, des religieuses catholiques, des moines bouddhistes, des drag queens et une légion de jeunes femmes. «La génération Z est une génération intrépide», a déclaré Honey Aung, dont la sœur cadette, Kyawt Nandar Aung, a été tuée d’une balle dans la tête mercredi dans la ville de Monywa. «Ma sœur s’est jointe aux manifestations tous les jours. Elle détestait la dictature. Dans un discours qui a été publié dans une publication de propagande d’État plus tôt cette semaine, Min Aung Hlaing, le chef de l’armée, a reniflé l’inconvenance des manifestants, avec leurs «vêtements indécents contraires à la culture birmane». On considère généralement que sa définition inclut les femmes portant des pantalons. Quelques instants avant d’être abattue, Kyal Sin, vêtue de baskets et de jeans déchirés, a rallié ses collègues manifestants pacifiques. Alors qu’ils s’éloignaient des gaz lacrymogènes tirés par les forces de sécurité mercredi, Kyal Sin leur a distribué de l’eau pour se nettoyer les yeux. «Nous n’allons pas courir», a-t-elle crié, dans une vidéo enregistrée par un autre manifestant. «Le sang de notre peuple ne doit pas atteindre le sol.» «C’est la fille la plus courageuse que j’aie jamais vue de ma vie», a déclaré Ko Lu Maw, qui a photographié certaines des dernières images de Kyal Sin, dans une pose alerte et fière au milieu d’une foule de manifestants prostrés. Sous son T-shirt, Kyal Sin portait un pendentif en forme d’étoile car son nom signifie «pure star» en birman. «Elle disait:« Si vous voyez une étoile, souvenez-vous, c’est moi »», a déclaré Cho Nwe Oo, son amie. «Je me souviendrai toujours d’elle avec fierté.» Cet article a été initialement publié dans le New York Times. © 2021 The New York Times Company

[ad_2]

Source link